le stress et son visage

Le stress et son visage

Lorsque le travail prend le pas sur le rythme personnel et familial cela accentue et entraîne des conséquences multiples de stress. Plus ou moins fort, allant parfois à un état de stress chronique qui va impacter la vie d’une personne ou de son noyau familial. Pour les entreprises, l’enjeu est de taille face aux coûts des arrêts maladie.
Ce mal du siècle qui revêt plusieurs formes est à prendre au sérieux et avec bienveillance, par tous : l’entourage, la famille et l’employeur, et ce dès les premiers symptômes.
Notre corps possède une faculté d’adaptation naturelle, qui nous permet de réagir à notre environnement, en conservant constance et stabilité de l’organisme.
Si un stimulus fort est envoyé, peurs, actions, rythmes effrénés, visions , mots, émotions, etc., la réponse forte sera alors émise.
Quelle que soit la nature du stimulus, bonne ou mauvaise nouvelle, échec ou triomphe, …, Le stress arrive dès qu’il y a surcharge de demandes par rapport à la capacité de réponse.

1. Manifestations du Stress

Le stress génère un sentiment de malaise, et constitue un enchaînement de réactions physiologiques : sueurs, accélération du rythme cardiaque, de la respiration, tremblements, … Le stress se manifeste par des réactions physiques, mais également par un ensemble de réactions émotionnelles : inquiétude, troubles du sommeil, l’agressivité, l’anxiété, la migraine, … qui apparaissent lorsqu’on est confronté à une situation à laquelle on ne croit pas pouvoir faire face correctement.

1.1 Réactions physiologiques

Le mécanisme du stress agit sur l’organisme de chacun, il actionne un enchaînement complexe en réponse aux sollicitations et demandes extérieures de l’environnement. Ces réactions physiologiques sont aussi appelées : « syndrome général d’adaptation » et se décomposent en trois phases.

1) L’alarme : C’est la préparation au combat, à la suite du choc, elle active l’hypothalamus, l’hormone CRH, et l’Hypophyse. Il s’en suit l’activation des glandes médullosurrénale et corticosurrénale pour la production d’adrénaline et de cortisol. D’où une augmentation de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle, du niveau de vigilance, de la température corporelle, afin de préparer l’organisme à réagir en amenant l’oxygène aux organes qui vont être sollicités.

2) La résistance : Si la situation agressive persiste, de nouvelles hormones, les glucocorticoïdes augmentent le taux de sucre dans l’organisme pour le préparer aux dépenses énergétiques que nécessite la lutte contre l’agresseur.

3) L’épuisement : Également appelé « burn-out ». Si la situation se prolonge ou s’intensifie, les capacités de l’organisme sont débordées. Le corps humain est submergé d’hormones qui ne sont plus régulées et peuvent devenir extrêmement dangereuses. Le stress est alors devenu « chronique ».

2. Le stress chronique

2.1 Les Symptômes

Symptômes physiques et psychologiques : Coliques, maux de tête, douleurs musculaires, articulaires, troubles du sommeil, de l’appétit, de la digestion, essoufflement ou oppression, sueurs, ulcères, etc.

Symptômes émotionnels : Sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être, peurs, etc.

Symptômes intellectuels : Manque de concentration, erreurs, oublis, difficultés à prendre des initiatives ou des décisions, etc.

L’ensemble de ces symptômes a des répercussions sur le comportement. On constate souvent l’usage de produits calmants ou excitants (café, tabac, alcool, stupéfiants), mais aussi un repli sur soi et une fuite des relations sociales, de l’agressivité peut être exprimée et on peut observer une diminution des activités, etc.

Ces symptômes entraînent des pathologies associées :

  • Maladies cardiovasculaires ;
  • Syndromes métaboliques, hypertension, obésité, résistance à l’insuline, cholestérol, triglycérides, … ;
  • Troubles musculo-squelettiques ;
  • Dépression et anxiété ( tendances suicidaires ) ;
  • Troubles de l’attention : risques d’accident du travail ou de trajet ;
  • Troubles de la fertilité, prématurité en cas de grossesse.

2.2 Événements traumatisants

Stress : pression et depression

  • Mort d’un proche
  • Divorce
  • Prison
  • Blessures ou maladie physique
  • Problèmes de travail, licenciement
  • Troubles de la sexualité
  • Grossesse, ménopause
  • Changement de situation
  • Dettes financières
  • Conflits avec l’employeur ou dans le couple
  • Déménagement
  • Changement des conditions de vie
  • Décalage horaire
  • Choc culturel

3. Enstress et Distress : le bon et le mauvais stress

3.1 Enstress – le bon stress

L’Homme a besoin dans sa vie quotidienne d’un niveau minimal de stress. C’est l’Enstress, qui le stimule, le pousse à des changements voulus, des défis intéressants, ajustés au Plan de Vie, aux Valeurs, aux Croyances, et aux Capacités personnelles en relation avec l’Image de soi, l’Amour de soi et la Confiance en soi.
C’est donc une énergie positive nécessaire à la progression, à l’amélioration des conditions de vie, à une forme de bien-être.

3.2 Distress – le Mauvais stress

C’est le stress du malheur entraînant des traumatismes, quelquefois la mort, ou une forme d’adaptation poussant vers un stress chronique.

4. Le Stress au Travail (distress)

Stress au travail - distress

Il est un fléau de notre siècle et touche de plus en plus de personnes.

 

 

 

 

4.1 Ses causes

Elles peuvent être multiples : Sentiment de ne pas être soutenu par les chefs ou les collègues, une pression excessive ou ingérable due aux exigences professionnelles. Une demande ne correspondant pas aux capacités propres de l’individu pour accomplir une tâche et une mission. Un manque de reconnaissance des capacités et ressources de l’employé. La mauvaise organisation du travail, refus à l’employé d’exercer un choix correspondant à ses connaissances et capacités ou un refus de la hiérarchie à la participation de l’employé quant aux décisions concernant son travail.

Le contenu du travail : Monotone, déplaisant, répugnant, rythme, trop de tâches ou trop peu à faire, des horaires immuables, trop long, imprévisible, incompatible avec la vie sociale.

Le contexte professionnel : Précarité de l’emploi, pas de perspectives de promotion, travail dépourvu de reconnaissance sociale, rémunération inéquitable, rôle peu clair, obligation d’assumer des responsabilités pour autrui, brimades, harcèlement, isolement, coexistence de plusieurs rôles incompatibles dans le cadre d’un même travail.

Culture d’entreprise : Mauvaise communication, mauvaise direction, manque de clarté des objectifs.

Liens entre vie professionnelle et vie privée : Conflit entre les exigences professionnelles et privées, manque de reconnaissance des problèmes privés, manque d’appui à la maison pour les problèmes professionnels.

4.2 Ses effets

4.2.1 Effets sur l’individu :

Comportement contre-productif au travail, dégradation de la santé physique (lombalgies, diminution du système immunitaire), problèmes psychiques (incapacité à se relaxer, se concentrer, à penser logiquement), problèmes psychiatriques, absentéisme, compensation par tabagisme, boisson, drogue, troubles du sommeil, troubles cardiaques, troubles digestifs, fatigue générale, migraines.

4.2.2 Effets sur l’entreprise :

On constate une diminution de la motivation des travailleurs, une fluctuation du personnel, une augmentation des taux d’accidents du travail, des plaintes de clients, un recrutement en baisse, des risques de procès.
On assiste donc à une atteinte à la bonne santé et à la performance de l’entreprise, une atteinte à son image.
Ces effets peuvent être ressentis par l’employé autant que par l’employeur.Les professions indépendantes sont également touchées.

4.3 Résoudre les problèmes de stress au travail

L’entreprise a un rôle indéniable à jouer. Elle devrait donc se remettre en cause, et devrait faire une évaluation permanente des risques pour la santé.

L’entreprise pourrait alors aller jusqu’à la révision de la conception du travail et de sa gestion. Le bien-être au travail passe par des solutions et des capacités à offrir un appui aux travailleurs, clarifier et leur faire comprendre leur travail : détailler les fiches de postes et tâches attendues, offrir des possibilités de promotions, favoriser le travail de groupe, favoriser les formations au travail, revoir les horaires ou le partage des tâches …
Mettre en évidence les décalages entre les demandes et les moyens pour y répondre, avec les contraintes de délais  et les besoins matériels.

Il faut que chacun sache à qui s’adresser en cas de problèmes.
Cela s’applique aux dirigeants comme aux salariés, mais aussi aux travailleurs indépendants.

N’oublions pas qu’un soutien moral et une aide pécuniaire soit de l’entreprise, soit des associations, ou de la famille  sont toujours les bienvenus.

Il est important de déceler au plus tôt les signes alarmants : irritabilité, agressivité, erreurs, baisse des performances, tabagisme, alcool, drogue, absentéisme, et plaintes des clients.
Une entreprise bien gérée est à même de relever les signes avant-coureurs. Elle se doit d’indiquer la prise en charge par un professionnel de la santé, si la médecine du travail n’est pas à même de régler le problème.

L’hypnothérapie peut être un atout pour l’entreprise. En complément de la médecine traditionnelle, l’hypnose interviendra avec des outils adaptés pour une meilleur gestion du stress des cadres et des employés.

4.4 Le Burn-Out

Le Burn-Out c’est le Syndrome d’épuisement professionnel et il concerne plus les professions d’aides, personnels de soins, de l’enseignement, …, en un mot toute profession où la relation à l’autre est au centre de l’activité. Le Burn-Out se produit lorsque la surcharge de travail met en jeu les règles et valeurs morales de ces métiers, en ajoutant la charge émotionnelle inhérente à ces professions.

4.4.1 Ses processus :

On retrouve les mêmes Facteurs de risques que pour le stress en milieu professionnel : surcharge de travail, pression temporelle (horaires surchargés), faible contrôle du travail, faibles récompenses, manque d’équité, conflits des valeurs, manque de clarté des objectifs, etc.

4.4.2 Ses effets sur l’état de santé :

  • Effets émotionnels : sentiment de vide, d’impuissance, perte de confiance en soi, irritabilité, pessimisme.
  • Effets cognitifs : difficultés de concentration, indécision, altération de la qualité du travail.
  • Effets physiques : fatigue, migraines, troubles du sommeil, tensions musculaires etc.
  • Effets comportementaux : repli sur soi, isolement, impulsivité, baisse de l’empathie, addictions, etc.
  • Cas graves : Le suicide lié au travail. Le Conseil Économique et Social (CES) a révélé qu’il y a en France un suicide par jour directement lié au stress professionnel1. La France est le 3ème pays au monde où les dépressions liées au travail sont les plus nombreuses, après l’Ukraine et les USA. Aujourd’hui, les plus touchés par ce fléau sont les cadres, les enseignants, les salariés du privé et les chômeurs.
    1. Source de 2007 : http://www.village-justice.com/articles/suicide-travail-qualification,2377.html.

4.4.3 Prévention :

Avec ses facteurs multiples : pression morale, rétrogradation, manque de reconnaissance pour le salarié, atteinte à son honneur, manque de solidarité entre collègues, isolement, « faire du chiffre », … une forme de déchéance morale intervient chez la personne atteinte.
Le rôle de l’entreprise n’est plus à démontrer. Le médecin du travail et un soutien médico-psychologique ont un rôle primordial. L’entreprise doit immédiatement contacter la Médecine du Travail !
La Direction Générale du Travail (DGT), et l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT), sont également là pour conseiller l’entreprise.

5. Hypnose contre le stress

hypnose contre le stress

Pour le stress chronique comme pour le stress au travail, l’hypnose est là en soutien du corps médical. Avec le plein gré de l’intéressé, l’hypnothérapeute s’évertuera à gommer petit à petit les effets néfastes du stress.
Le but de l’hypnothérapeute sera de redonner selon chaque profil une envie de vivre, opposée au stress.
L’hypnothérapeute s’attachera, entre autre, au retour du sommeil réparateur, à redonner une confiance en soi, l’amour de soi, l’image de soi, une ouverture sociale agréable, un bien-être physique (supprimer les troubles de la digestion, douleurs articulaires, migraines), et favoriser le retour à une vie sociale.
Le nombre de séances est variable selon chaque individu.

6. Liens utiles

Pour tout renseignement sur une séance d’hypnose pour vous aider et faire face au stress : contactez-moi.


Une réflexion au sujet de « Le stress et son visage »

Les commentaires sont fermés.