l'hypnose contre les phobies

L’hypnose contre les phobies

Qui n’a jamais ressenti …ses jambes qui se dérobent sous lui, la parole qui manque , la sueur froide dans le dos incontrôlable, le cœur qui palpite et ce malaise qui nous met sur le point de tomber dans les pommes ? Rassurez-vous, l’hypnose peut vous aider avec des séances d’hypnothérapie pour soigner vos phobies !

1 – La phobie, qu’est ce que c’est ?

La phobie est une peur irrationnelle, une crainte, une angoisse devant un objet ou une situation. Le terme phobie regroupe un ensemble de troubles psychologiques, comme la claustrophobie, l’agoraphobie, l’hydrophobie, etc. Ces troubles sont handicapants et peuvent être accompagnés de comportements gênants et la phobie est généralement ressentie comme telle par le patient.

1.1 – Types de phobies

1.1.1 – Les phobies simples :

  • la phobie de type animale , correspond à une peur induite par les animaux ou les insectes.

  • La phobie environnementale : est une peur provoquée par les éléments naturels : orages, bruits sourds, eau, altitude, etc…

  • la phobie du sang, des blessures , des injections , est elle reliée à des traitements médicaux traumatisants

1.1.2 – Les phobies complexes :

L’agoraphobie, et la claustrophobie sont des peurs qui proviennent d’une situation spécifique par exemple : la peur des transports en communs, des tunnels, des ponts, peur des embouteillages, du voyages en avion, de la conduite automobile, des ascenseurs, etc. Un facteur ou événement personnel qui se produit plus ou moins loin dans le passé de la personne qui consulte, se greffera pour engendrer cette phobie complexe.

1.2 – Les Causes de la phobie

La phobie est bien plus qu’une peur, c’est une anxiété, avec des retentissements au quotidien comme par exemple, des palpitations, des troubles du sommeil, la perte de paroles, des sueurs froides, les jambes qui se dérobent sous soit, des refus etc.

Chez l’enfant, les peurs normales telles que la séparation, la peur du noir, des monstres, des petits animaux … disparaissent lorsque l’enfant grandit sauf cas traumatique.Ces retentissements trouvent souvent leur source dans un événement traumatisant de l’enfance ou de l’adolescence.

La personne qui en souffre cherche alors à éviter l’objet de sa peur, ou se fait accompagner par une personne ou un objet qui peut la rassurer. Dans tous les cas la personne est consciente de son problème, elle sait que sa peur souvent qualifiée d’insurmontable, est disproportionnée bien que réelle pour elle-même.

1.3 – Complications

La phobie peut avoir des répercussions sur la vie affective , sociale et professionnelle, et entraîne quelques fois la personne à avoir recours à des anxiolytiques ou à consommer de l’alcool. A l’extrême, le trouble d’anxiété généralisé peut pousser la personne de mettre fin délibérément à sa propre vie.

2 – l’échec scolaire et la phobie

2.1 – La phobie sociale

La phobie sociale apparaît très tôt, souvent des 5 ans, mais connaît un pic la majeure partie des cas à l’adolescence, entre 11 et 15 ans.

Elle se manifeste par la peur de l’inconnu, le manque de confiance en soi. Elle est peut-être souvent due à l’absence d’encouragement et de soutien des parents ou de le famille durant l’enfance. L’une des blessures principales que nous portons tous en nous peut aggraver cela , mais bien sur avec un peu de temps cette blessure inconsciente donnée involontairement par l’un de nos deux parents, se soigne.

Cette phobie ne dépend pas du Q.I. de l’individu, mais bloque la communication avec les autres, empêche la construction d’une vie sociale, leitmotiv et credo de la réussite sociale, et au final cette phobie sociale étouffe et bride l’épanouissement de la personne.

2.2 – L’échec scolaire

La phobie sociale peut être responsable de l’échec scolaire. Elle se traduit par une timidité excessive, une peur d’affronter la foule, l’impossibilité de parler en public, entraînant souvent un redoublement, ou la déscolarisation du système classique, voir l’arrêt des études.

Cette peur irrationnelle est très forte et se traduit par l’évitement, comme une esquive de la confrontation avec les autres. Cela impliquera de possibles problèmes de chômage ou d’arrêts de travail ou d’accidents qui mèneront directement ou indirectement à ne plus retourner à l’école .Source d’une profonde et réelle douleur pour le jeune qui y est confronté.

Là encore l’aide des parents et des enseignants pour mieux entendre, comprendre et réorienter l’enfant peut jouer un rôle crucial dans la guérison et pourquoi pas vers une autre voie de formation , ou un autre lieu d’enseignement.

3 – Soigner la phobie

C’est une réaction qui semble insurmontable et dont la part émotionnelle est prédominante. Cela correspond en hypnose à la strate 2 de l’Inconscient qui gère les émotions. Il peut bien entendu y avoir d’autres liens et sous liens. Tout est intrinsèquement lié et il faut parfois plusieurs séances à une personne pour surmonter et comprendre ses mécanismes intérieurs. La patience, la bienveillance, et un travail réel sur soi en plus des séances est nécessaire. Quels que soient les motifs qui mènent à pratiquer une séance d’hypnose, chaque personne doit bien prendre en compte le fait que cette thérapie douce utilise des techniques qui agissent sur l’Inconscient et donc le cerveau, mais que chacun doit aussi s’impliquer dans cette démarche pour son mieux-être et vaincre ses troubles.

Un diagnostic précoce est souhaitable. L’hypnothérapeute amène la personne à se questionner sur les conflits à l’origine de sa phobie et à quoi cela a pu lui servir inconsciemment.

L’hypnose amène l’état de conscience à un état de profonde relaxation, puis remodelage, ou transformation.

Une médication pour accompagner la guérison est quelquefois nécessaire comme pour lutter contre l’anxiété et la dépression, demandez conseils à votre médecin traitant.

Retrouvez d’autres informations et liens utiles

Et pour tout renseignement sur une séance d’hypnose pour vaincre vos phobies : contactez-moi.

L’association Phobie Scolaire, reconnue d’intérêt général, est née de la volonté de parents et de jeunes atteints de phobie scolaire pour faire reconnaître cette maladie et obtenir des solutions de scolarisation.

Association Française de Promotion de la Santé dans l’environnement Scolaire et Universitaire (AFPSSU) souhaite engager échanges et dialogues. Quelle école pour aujourd’hui et pour demain ? Comment contribuer à créer une école accueillante et bienveillante, soucieuse de respecter les besoins fondamentaux des jeunes .

A voir également, Les Pupilles de l’Enseignement Public (PEP), un acteur solidaire au service de l’éducation, des loisirs, et de l’école. Les PEP en Rhône-Alpes.

Un article au sujet de la phobie sociale en rappelant que Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux.

Les associations Médiagora ont pour objectif d’accueillir et réunir des personnes qui souffrent des maladies de l’anxiété, dans le but d’aider, écouter, accompagner celles et ceux que l’anxiété isole. Un point accueil [ lien : http://mediagoras.fr/nous-contacter/carte-interactive/ ] existe surement près de chez vous.

Le Psycom est un organisme public d’information, il travaille avec les associations d’usagers, afin de lutter contre la stigmatisation des personnes ayant des problèmes de santé mentale et de leur entourage.

Revivre-France est une association basée à Toulouse , dont le but est de venir en aide aux personnes souffrant de Phobie Sociale, Agoraphobie, Trouble Panique, Trouble d’Anxiété Généralisée (TAG), ainsi qu’à leur entourage proche.