éthique et déontologie, hypnothérapeute à Bourg-en-Bresse

Éthique et déontologie : Thérapeute c’est quoi ?

Je suis Hypnothérapeute. Être Thérapeute ne s’improvise pas, il faut une vraie démarche idéologique, éthique et de la déontologie.
Le mot thérapeute (pour les fans de grec ancien θεραπευτής, therapeutếs) signifie serviteur. Celui qui prend soin de quelqu’un, médecin ou encore guérisseur.
Un thérapeute a donc le sens du devoir d’aide et de soin. Il doit d’avoir une droiture morale et une ligne de conduite vertueuse directrice.

Ma pratique, mon idéologie

Mon idéologie respecte une déontologie et passe par plusieurs critères personnels qui sont les suivants, et ne concernent que moi :

Le secret professionnel, c’est un devoir dans le domaine médical et paramédical. Chaque vie et histoire mérite la confidentialité et seules des autorités judiciaires, sous réserve de demandes officielles, peuvent outrepasser cette règle.

Le respect et la bienveillance (adultes et enfants). Je refuse des gens qui viennent contre leur gré parce que forcés par un tiers, ou juste pour faire plaisir à leurs proches. Je refuse également les démarches faites par curiosité. Les séances vont quasi systématiquement à l’échec dans ces cas-là.
L’inconscient n’est pas dupe, et mettra des mécanismes de défense en place pour saboter tout ce que je ferai en tant que thérapeute. Cela serait donc une perte de temps et d’énergie pour moi, et une perte de temps et d’argent pour vous.
L’hypnose et les soins que je confère, ne sont en aucun cas des jeux ou du spectacle.

Donner du temps et de l’écoute. Je prends un nombre limité de patients à mon cabinet afin d’être « à leur petit soin ».
Au moment où la personne que je reçois entre dans mon cabinet, le processus de guérison se met déjà en marche grâce à la bienveillance et au temps d’écoute. Cela participe au processus de guérison et en plus des protocoles purement hypnotiques, j’accorde une grande part du temps à l’écoute de chacun.

Les moyens. Je mets en effet pour chaque vécu, et selon les protocoles qui m’ont été enseignés, tous les moyens à la disposition de mes patients et adaptés au rythme le plus adéquat à chacun.

Le rire, la joie et l’espoir. Comme le dit l’adage « tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir ! »
Selon moi un bon thérapeute est un thérapeute « bon », « gentil », « aimant », « enveloppant », « positif ». L’inconscient lui, ne comprend que les discours positifs, les métaphores, l’envie et le désir de quelque chose qui lui est plaisant ou bienfaisant.
Si l’on part défaitiste en tant que thérapeute la personne en face le ressent inconsciemment.
Les ondes que nous dégageons, nos intentions et émotions peuvent inverser la vapeur. Rien n’est écrit dans le marbre, beaucoup d’exemples font preuves de réussites et de guérisons, et sont même parfois reconnus par les comités scientifiques.

La communication et de la franchise. Je veux être vraie avec chacun. Selon chaque profil je serai cependant plus ou moins directe, enveloppante ou pas.
Par expérience, je sais que l’on ressent les gens sincères ou pas.
Je suis en premier, intègre avec moi-même, et ensuite envers mes clients car je les respecte. Même s’il peut être difficile de se confier, j’attends de mes patients qu’ils me parlent franchement.
On peut dire « sa vérité doucement et vraiment » même si elle n’est pas la même de celui que l’on a en face. Chacun respectera la liberté de penser, de dire et de vivre d’autrui.
En tant que thérapeute il est bon que le patient se rende compte que nous sommes au même titre : des êtres humains, au même niveau qu’eux, mais avec un savoir-faire et une expertise dans le domaine du soin.
Être vrai, franche, ne pas juger, tout en disant sa vérité avec douceur. Selon moi un bon thérapeute doit être capable de dire avec bonté, la vérité, à ses patients, en s’adaptant au caractère et à la personnalité de chacun. Le tout avec un recul objectif, bienveillant, neutre et hors jugement.
La douleur ou souffrance de chaque personne étant réelle pour elle, elle doit être vraiment prise en compte. Nous avons tous une réalité qui est comme une petite roue de hamster dans laquelle nous évoluons. Il existe des cas, où ce que véhicule un individu, ne correspond pas à la réalité objective. Mais sa croyance est à prendre comme tel et non dans le sens d’une réalité factuelle. Le but étant d’aider à grandir par cette fonction de vérité-réalité, de franchise et de non jugement.

Aimer. Enfin la réussite d’une bonne alliance thérapeutique se fait par la confiance qui se crée entre le thérapeute et son patient. Un bon thérapeute fera une alchimie miraculeuse, s’il dégage de l’Amour. L’Amour avec un grand « A », d’un travail bien fait. L’amour et le respect offert à chaque rencontre avec ses patients.
Cette subtilité fondamentale faisant, selon mon avis et expérience de la pratique, une énorme différence d’un thérapeute à un autre : à prix, et temps passé, égaux.

Le tarif. Concernant le coût j’ai volontairement opté, depuis que je pratique, à proposer mes prestation à la séance et non à l’heure. Je vois peut-être moins de cas mais je le fais bien, et je sais prendre soin de moi afin d’être en forme pour ceux auxquels j’apporte mon savoir -faire et mon savoir-être.
J’ai aussi à cœur une démarche de soins personnels à un tarif abordable. Sur un temps qui permettra une vraie guérison ou transformation. La thérapie peut demander de s’étendre sur plusieurs séances. Un tarif onéreux pourrait forcer à une démarche de soin unique et non renouvelée.
Je ne propose pas non plus de package de séances obligatoires.
Toutefois en cas d’annulation, vous êtes priés de prévenir en respectant si possible un délais de 48 heures avant la séance.

Tout bon thérapeute a une obligation de mettre en œuvre tous les moyens existants pour soigner ses patients. Mais il n’est pas tenu d’obtenir les « résultats » attendus : on ne peut pas assurer la guérison. Aucun médecin généraliste ne promet la guérison définitive de la grippe à ses patients, on l’attrape, on en guérit, et puis elle peut revenir.
On fabrique et véhicule à l’instar des pubs, des solutions et remèdes infaillibles. Ces clichés où l’on rentre malade par une porte et l’on sort guéri sans avoir rien fait par l’autre porte, … Hormis avoir donné de l’argent.

Même en santé. Beaucoup trop de gens s’attendent de plus en plus à un service clé en main.
« Je paie donc cela doit marcher ! »

C’est beau et utopique et cela déresponsabilise aussi totalement la personne qui cherche à aller mieux.
La guérison dépend de l’état de santé du patient, de son âge, du milieu de vie, de son histoire, de la réaction de son corps aux traitements proposés. Mais aussi de facteurs annexes. Son moral, sa vie intime, son travail, le soutien de son entourage, des revenus qui lui permettront d’accéder aux traitements.
Son envie, son désir de guérir ou de vivre seront des facteurs et leviers profonds de changement de son état de santé.

Liens utiles