Hypnothérapie pour enfants : Dessin et jeu

Deux outils thérapeutiques : le dessin et le jeu

Chaque activités manuelles ou artistiques permettent de transférer sur un support les émotions et énergies contenues en nous. Cet échange participe à enclencher et accélérer des processus vers une guérison recherchée.

Premiers outils : Art-thérapie et dessin

C’est une thérapie qui existe depuis bientôt un siècle, elle est recommandée particulièrement en cas de mutisme. Les jeunes enfants (3 à 12 ans) ne savent pas décrire ce qu’ils ressentent par la parole. Le dessin et le jeu chez l’enfant sont un langage équivalent à la parole chez l’adulte.
Il faut , bien sûr, que l’enfant aime dessiner, alors cela devient une libération, une extériorisation de ce qu’il ressent.
Notez que cette thérapie est également efficace pour les adultes.

Relation de confiance

Cette relation s’établit entre thérapeute et enfant, puis elle s’établit également avec les parents (hors enfant) afin de créer un lien solide entraînant le soin spécifique à chaque cas. Le thérapeute apprend à connaître l’enfant , le rassurer et rentrer dans son monde pour mieux le soigner.

Interprétation des dessins

Elle va se faire progressivement par la répétition et l’avancée du dessin et de sa symbolique. Le thérapeute peut questionner l’enfant qui , à partir de cette relation de confiance , se sentira écouté.
L’interprétation émergera , suite à la répétition de certains signes créant un lien avec le contexte, recueillis auprès des parents.

Le thérapeute portera une attention particulière au choix de l’enfant : comment il commence le dessin, sa situation dans l’espace, le choix des couleurs, la dimension relative des différents motifs, etc.

Le dessin est une thérapeutique spontanée

Le dessin suscite l’extériorisation des pulsions, du sentiment d’insécurité, de l’anxiété, des conflits.
L’enfant doit sentir qu’on s’intéresse à lui, et que l’on comprend son dessin. Il peut expliquer par exemple : pourquoi il se sent en état d’infériorité (origine des troubles du caractère).
Comme pour l’enfant, le dessin peut être utilisé chez l’adolescent et chez l’adulte lorsque l’on constate des troubles anxio-phobiques ou compulsifs, des troubles dépressifs, ou une inhibition (lorsque ce sont les parents qui sollicitent le thérapeute).

L’enfant dessinera son problème, puis un autre dessin représentera le problème résolu , après avoir inséré, entre les deux, un dessin représentant le moyen pour y parvenir. Enfin le dessin d’objets lui permettra de franchir les obstacles, après qu’il se soit lui même situé dans l’histoire.
Le lien créé avec le thérapeute établit un espace de sécurité, dans lequel, le sujet va découvrir des capacités sensorielles, émotionnelles, comportementales, et cognitives. Cela lui permettra de modifier sa relation à lui-même, aux autres et au monde qui l’entoure.
Le résultat s’évaluera aussitôt par des changements dans la vie quotidienne.

Imagination active

La confrontation avec l’Inconscient appelée « imagination active », utilise tous les moyens spontanés d’expression : le rêve, l’imagination, la peinture, l’écriture, le modelage, le chant, le jeu, la danse, etc. La personne est « responsabilisée » devant toutes ces images venues de l’Inconscient. Le dialogue intérieur est une conversation, avec les contenus de l’Inconscient, qui sont personnifiés, par des sous-personnalités qui nous habitent et que nous brimons. Il est particulièrement recommandé au cours de certains épisodes biographiques, délicats sur le plan psychique (viol par exemple).
Émotion et Imagination sont deux grandeurs nécessaires au développement de l’individu, permettant la croissance psychique qui conduit sa vie vers l’avenir.
Dans l’hypnose Ericksonnienne comme Humaniste, le thérapeute doit savoir guider l’imagination active et connaître ses symboles, sans interférer , et avec le plus profond sérieux. L’imagination active a besoin d’un support pour fixer les images durablement. Le patient va réaliser de ses mains des œuvres d’art (dessin) permettant d’exprimer ses contenus inconscients.
Il faut toutefois veiller à éviter l’inflation du Moi (ego ou personnalité), ou submersion, par des épisodes psychotiques latents. L’imagination active est une sorte de rêve éveillé spontané : une image ou un sentiment qui s’impose à vous. Cette technique permet de relier conscient et inconscient.
Le patient doit se laisser pénétrer par les images intérieures. Le calme s’établit alors en soi et permet de maîtriser le déroulement des images et de découvrir ce qu’elles représentent.

Application

Cette Imagination active entraîne un amenuisement de la tension Inconsciente, une mise à jour de la créativité, une ouverture des domaines de l’esprit chargés de significations, et permet une thérapie par visualisation de rêves, de mythes, de fantasmes.

Deuxième outil : Le jeu

Les bienfaits du jeu

Tout comme le dessin, le jeu peut aider les enfants à régler leurs problèmes : complications de l’existence, stress, traumatismes, dysfonctions familiales, maladies, etc.
Le thérapeute est un catalyseur, le jeu (comme le dessin) a besoin d’une relation « thérapeute-enfant » sécurisante.

Le thérapeute doit faire preuve d’une empathie profonde, d’authenticité, et doit avoir un regard positif inconditionnel afin de soutenir l’enfant.
On constate que l’enfant choisit souvent le même jeu et, à l’aide de métaphores, contrôle enfin des événements menaçants à l’origine. Il acquière un sentiment d’autonomie et de maîtrise face à des conflits, des peurs, des désirs non résolus, tout ceci en établissant de nouveaux liens avec des objets ou des incidents.

Le rôle des parents

La participation des parents à ces jeux semble très positive pour l’enfant (après préparation clinique des parents).

Le Jeu

Le jeu non structuré (récréatif par exemple), est efficace en matière de flexibilité affective, et de résistance émotionnelle. Il ne faut pas trop le restreindre.
Il est prouvé que le jeu en général, permet la guérison adaptative, et règle aussi de graves problèmes cliniques, avec l’aide d’un adulte empathique et encourageant (clown dans les hôpitaux par exemple).

Art-thérapieLe jeu ou le dessin sont bien plus important qu’il n’y paraît, deux outils en hypnothérapie chez l’enfant. Comme une passerelle reliant notre créativité et notre inconscient, ils sont de réels atouts thérapeutiques. Utilisés à bon escient, ils permettent une approche douce et bienveillante pour vous accompagner vers une guérison.

Liens utiles